الرئيسيةالمجموعاتبحـثالتسجيلدخول
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
دخول
اسم العضو:
كلمة السر:
ادخلني بشكل آلي عند زيارتي مرة اخرى: 
:: لقد نسيت كلمة السر
سبحان الله
المواضيع الأخيرة
» ممرض كان يعمل في غرفة تبريد الأموات
الثلاثاء يوليو 01, 2014 2:18 pm من طرف hakim aliraqi

» متن لامية ابن الوردي
السبت مايو 10, 2014 4:17 am من طرف oubidane

» رونالدو يعاند فريق ريال مدريد الطبي ويريد المشاركة ضد سلتا
السبت مايو 10, 2014 4:02 am من طرف oubidane

» قصيدة L'invitation au voyage مع الترجمه والتحليل
السبت أغسطس 17, 2013 9:46 am من طرف ئالين

» التفريق بين المؤنث والمذكر في اللغة الفرنسية
الجمعة أغسطس 16, 2013 3:45 pm من طرف رونق حسين

» حضارة وادي الرافدين بين الساميين و السومريين
الثلاثاء يوليو 02, 2013 3:37 pm من طرف Simo Al-Babily

» قاموس المترادفات باللغة الفرنسية
الإثنين ديسمبر 24, 2012 1:37 am من طرف hakim aliraqi

» Le Lac "البحيرة" .. قصيدة فرنسية مترجمـــة
الأحد ديسمبر 23, 2012 9:13 am من طرف رونق حسين

»  HUGO Victor – Notre-Dame de Paris mp3
الأربعاء ديسمبر 19, 2012 2:11 am من طرف hakim aliraqi

أفضل 10 أعضاء في هذا المنتدى
جمانه
 
طائر النار
 
زيكو
 
hakim aliraqi
 
ئالين
 
zomorda
 
AQEEL
 
الكسندرا
 
aliraqstar
 
abo love
 
relojes web gratis
عدد الزوار من تاريخ 17 /9 /2009

.: عدد زوار المنتدى :.

المتواجدون الآن ؟
ككل هناك 3 عُضو متصل حالياً :: 0 عضو مُسجل, 0 عُضو مُختفي و 3 زائر :: 1 روبوت الفهرسة في محركات البحث

لا أحد

أكبر عدد للأعضاء المتواجدين في هذا المنتدى في نفس الوقت كان 173 بتاريخ السبت ديسمبر 10, 2011 2:41 pm
برامج تهمك
 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

شاطر | 
 

 Eugénie Grandet Honoré de Balzac

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
hakim aliraqi
Admin


المدير
عدد المساهمات : 605
السٌّمعَة : 6
تاريخ التسجيل : 30/06/2009
العمر : 43

مُساهمةموضوع: Eugénie Grandet Honoré de Balzac   الخميس أكتوبر 28, 2010 1:02 pm

Eugénie Grandet
Honoré de Balzac

Folio

- I/ Fiche technique
Auteur Honoré de Balzac
Genre Roman
Création 1833
Parution 1834
Édition Folio intégral, février 1972

II/ Intrigue ou enchaînement
Situation initiale
Grandet l'avare, père de la douce Eugénie, veut marier sa fille; il essaie pour cela de choisir entre les Cruchot et les des Grassins, selon leur fortune et leur servilité.
Déroulement
Arrive Charles, le neveu de Grandet, dont le père s'est suicidé à la suite de sa faillite. L'affectueuse sollicitude d'Eugénie noue entre eux une intimité marquée et ils se jurent «un éternel amour». Mais Charles ne peut rester à la charge des Grandet et part chercher la fortune aux Indes, laissant son amante ne vivre que par son souvenir.
Un soir, le ton devient orageux entre l'avare et sa fille; la mère, alarmée, défaillit et meurt au bout de quelques mois. Grandet, très vieux, meurt lui aussi peu après, poursuivi par sa passion de l'or jusque dans l'agonie; il laisse dix-neuf millions de francs-or à sa fille.
Charles revient d'Orient où il a fait fortune par des moyens peu orthodoxes, et ne s'intéresse absolument plus à Eugenie. Il fait un mariage d'argent et sombre lui aussi dans l'avarice et la cupidité. Eugénie se marie alors au président Cruchot dans l'indifférence.
Situation finale
Elle finit sa vie, veuve, dans la lésine et la charité.

III/ Personnages principaux
Grandet
C'est un viellard, avare et rapace autant qu'un être humain peut l'être; il est le père d'Eugénie.
Comme tous les personnages Balzaciens, il doit sa passion à son tempérament et son hérédité, mais elle est renforcée par son milieu: la servilité interessée de ses relations, la soumission de ses proches.
Eugénie
Elle est une jeune fille de vingt-deux ans, «belle sans être jolie» grâce à «l'expression de son visage», elle n'a jamais goûté aux plaisirs de la vie, étant toujours enfermée dans la maison paternelle.
Elle découvre en Charles son grand amour, dont son coeur noble ne pourra jamais comprendre la trahison. À la fin de sa vie, elle «marche au ciel, accompagnée d'un cortège de bienfaits».
Charles
C'est un jeune homme de vingt et un ans, neveu de l'avare. Avant d'arriver à Saumur, son éducation futile et sa vie dissipée de Paris ont déjà commencé à émousser ses velléités de bons sentiments. Sa ruine brutale provoque chez lui un désir de revanche contre la rigueur du destin et une grande volonté de puissance.

IV/ Cadre de l'action
Temps
L'action se déroule pendant le début de la Restauration.
Lieux
Les lieux sont peu variés: la maison des Grandet, rue du pont (le jardin, la salle commune, la chambre d'Eugénie, celle de Charles) et le château de Froidfond.

V/ Thèmes dominants
Thème dominant
C'est l'Avarice de Grandet: «Veille à l'or, mets de l'or devant moi [...] Ah, ça me réchauffe».
Même à la fin de sa vie, il n'aura aucun remors: «Aie bien soin de tout. Tu me rendras compte de ça la-bas».
Thèmes annexes
La déloyauté et la cupidité de Charles: «Charles regarda le président d'un air hébété.
- Dix-sept... mil...
- Dix-sept millions, oui, Monsieur. Nous réunissons [...] 750 000 livres de rentes, en nous mariant.
- Mon cher cousin, dit Charles, en retrouvant un peu d'assurance, nous pourrons nous pousser l'un l'autre.»

VI/ Conclusion
Ce livre constitue une fresque autour du caractère d'un personnage, qui n'est pas sans rappeler la pièce de Molière.

Honoré de Balzac naît en 1799 à Tours. Après une enfance relativement tranquille, il commence sa scolarité à Vendôme, mais son père étant nommé à Paris en 1814, il la finit dans la capitale. Travaillant comme clerc chez un avoué, il commence des études de droit et prend des cours à la Sorbonne. C'est à ce moment que naît sa passion pour la philosophie. Il soutient à sa famille qu'il a une «vocation littéraire» en tente d'écrire une tragédie en 1821. C'est un échec total et Balzac comprend qu'il est sur le mauvais chemin. Il change alors de cap et se consacre alors à l'élaboration de romans. Jusqu'en 1825, il écrit ses quelques livres «au goût du jour», pour commencer à gagner sa vie, et, s'étant un peu enrichi, décide de se lancer dans les «affaires». Il se lance dans la presse, découvre la vie des rédacteurs de journaux, achète une imprimerie à Paris, mais il fait faillite au bout de trois ans. Il conservera longtemps 100.000 francs de dettes qui le préoccuperont souvent dans sa vie.

Après cette déroute, il reprend la plume, cette fois avec succès. Son génie est révélé par deux premières oeuvres, la Philosophie du mariage et Les Chouans, roman sentimental mêlé à une histoire policière. C'est alors le grand essor de son oeuvre: en 20 ans, jusqu'en 1841, il publie 90 romans et nouvelles, une trentaine de contes, cinq pièces de théâtre et trouve quand même le temps de fréquenter les salons mondains. Balzac commence à penser à une carrière politique, qui serait basée sur l'autorité politique et religieuse. En 1833, il commence une longue correspondance avec Mme Hanska, une de ses admiratrices polonaises.

Son oeuvre, pendant cette période, se divise en quatre ensembles fondamentaux: les «romans philosophiques» (La peau de chagrin, 1831; Louis Lambert, 1832; etc.); des expositions d'un système économique et social (Le médecin de campagne); il tente également de faire revivre la «verve rabelaisienne» dans les Contes drolatiques (1832-1837); enfin, ce qui constitue la majorité de sa production littéraire, les «romans de moeurs», dont les deux chef d'oeuvres sont Eugénie Grandet (1833) et Le père Goriot (1834-1835). Dans cette dernière veine, les livres se recoupent, des personnages reparaissent: c'est la composition progressive d'un travail cyclique. Balzac envisage de rassembler ses scènes et études en une vaste fresque réaliste de la société de son époque, sous le titre Études Sociales. En attendant, il continue d'accumuler des matériaux pour son projet.

De 1842 à 1850, il procède à l'union finale de ses livres dans la Comédie Humaine, qu'il divise lui-même en «Études de moeurs» - de loin les plus importantes -, en «Études philosophiques» et finalement en «Études analytiques». En 1850, il peut enfin épouser Mme Hanska, veuve depuis huit ans mais, épuisé par toute une vie de travail spirituel, s'éteint dans la gloire trois mois après son retour à Paris.


Intoduction

Parmi les principaux thèmes dans le roman " Eugénie Grandet " il y a l’amour, l’argent, l'avarice etc. Dans cet exposé, nous nous sommes intéressées à ces deux derniers thèmes et nous avons tenté de répondre aux questions suivantes:

* Pourquoi l'argent et l’avarice comme thèmes dominants dans " Eugénie Grandet " ?
* Quel est le rôle de l'argent dans le déroulement de l’action ? Et quelle est sa relation avec l'avarice ?
* Quels sont les personnages qui incarnent cette avarice et de quelle manière?

Justification de l'omniprésence de l'argent dans le roman

Balzac ne se contente pas de créer ses personnages et leur donner des définitions, il les place dans un milieu social et dans une époque dont il doit relater les caractéristiques dans son œuvre.
Dans " Eugénie Grandet " Balzac a placé ses personnages dans l’époque, entre la Révolution et la fin de la Monarchie, qui s'est distinguée par le développement industriel, l’avènement de la bourgeoisie et par conséquent "le règne de l’argent". C’est pour cela qu'on trouve "le thème de l'argent" parmi les thèmes dominants dans ce roman.

L'argent, son rôle et sa relation avec l'avarice

L'objectif de la plupart des personnages dans " Eugénie Grandet " est de s'enrichir ; donc, l'argent y est le moteur de l’action, et l’un des principaux mobiles des comportements des personnages.
On cite comme exemple les services que rendaient les Cruchon et les Grassin à Grandet dans l'intérêt de s'emparer plus tard de sa fortune, en épousant sa fille " Eugénie ". Ces services contribuent à la progression de ses biens, ce qui fait encore augmenter son avarice. On peut mentionner également le mariage de convenance qu’a fait Charles avec Mlle d’Aubrion, ainsi que le bégaiement de M. Grandet et toutes les spéculations qu'il a faites dans le but de ramasser plus d'argent.

L'avarice

Dans le roman d'Eugénie Grandet, se rejoignent pour la première fois la description des vies privées et la théorie balzacienne des romans et contes philosophiques sur le pouvoir effrayant de la pensée, sur ses effets dévastateurs quand une idée commande et dévore toute une vie. Cette idée est l’avarice.
De l’avare tel que la tradition en a fixé le type, M. Grandet possède tous les traits, appliquant les principes d'une épargne serrée, il voit dans la faillite "l’action la plus déshonorante entre toutes celles qui peuvent déshonorer l'homme" et concentre toute son énergie dans la passion qui est le principe de sa vie : "la vue de l'or, la possession de l'or". Grandet qui semble "économiser tout, même le mouvement", est dévoré par l’or qui vient, seul, dans son cabinet "choyer, caresser, couver, cuver, cercler". Sa passion envahit non seulement cette vie mais celle des autres. Nanon par exemple est devenu aussi avare que son maître.
Ce dernier, cependant, satisfait sa manie en exploitant les possibilités que son époque lui offre comme l’augmentation de son capital qui a passé par une série de placements et de spéculations qu’ignorait Harpagon.
Puissant et dominateur, "il tient du tigre et boa alors que sa femme n'est qu'un insecte". Grandet exerce sur son entourage un pouvoir quelque peu magnétique. A force d'économies de bouts de chandelles, mais aussi de rêveries, d'obstination, et de passion, il a réuni une fortune de 17 millions, "chiffre gigantesque à l’époque", qui lui donne une dimension fantastique.
Personnage de l'ombre, d'ailleurs : il garde son or dans une cachette ignorée de tout le monde, il ne laisse personne deviner la nature de ses entreprises avant qu'il ne les ait menées à bien ; il prend le temps de calculer ses coups et sait manœuvrer plus habilement qu'un autre. Grandet est un vautrin de province dont la volonté de puissance se coule dans la passion de l’or.
En outre, l’avarice de M. Grandet se manifeste dans d'autres de ses comportements, tels que :

* Le médiocre manger quotidien qu'il donne à Nanon et qui doit obligatoirement suffire pour toute la famille,
* Le feu qu'il n'allume que quand il fait vraiment froid,
* Son refus d'appeler un médecin pour sa femme au début de sa maladie,
* Il n'a sauvé l'honneur de son frère que parce que ça ne lui coûtait rien, sans oublier bien sûr la situation misérable du logis de la famille qui reflète aussi l'avarice du père Grandet.

On ne peut pas parler d’avarice sans faire allusion à la province car entre l’avarice et la province, un lien très étroit existe dont Balzac tente de percer la nécessité et le mystère. En province règne l'ennui et la monotonie par manque de lieux de loisirs et de distraction ce qui mène les gens à cacher leurs sous et ne dépenser que le strict minimum, M. Grandet en est un exemple.



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://oiseaux.yoo7.com
 
Eugénie Grandet Honoré de Balzac
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات طيور السلام :: منتدى اللغه الفرنسيه :: قسم المواضيع الفرنسيه العامه-
انتقل الى: